Actualités Novembre 2016

Région Fénérive-Est

La campagne 2016 a été caractérisée par une aggravation de la situation : Bien avant l'ouverture de la campagne (date à laquelle les gousses sont supposées être matures et peuvent être cueillies), les paysans se sont fait voler la vanille dans les champs. Les voleurs ont pu revendre leur larcin à des collecteurs peu soucieux de sa provenance et à un prix plus bas que celui du marché actuel.

Pour se protéger, les paysans eux aussi ont récolté leurs gousses avant maturité pour les mettre à l'abri (sous vide). Nombre d'entre eux, dépités, pensent arrêter la production de vanille.

La vanille non mature ne peut pas être de bonne qualité: d'une part la plante n'a pas eu le temps de produire les graines en quantité suffisante, d'où moins d'arômes, et d'autre part, lors de la transformation, ces gousses sont beaucoup plus sensibles aux maladies et aux moisissures. Certains en ont fait les frais et ont perdu beaucoup d'argent.

Région Mananar

Dans les régions plus au nord de Fénérive (Mananara), plus de 20 voleurs ont été lynchés cette année. La date de l'ouverture de la campagne a été respectée mais la fièvre liée au blanchiment de l'argent du bois de rose a entrainé une hausse des prix d'achat, inégalée jusqu'alors.

Les marchés internationaux et la flambée des prix

La vanille est un produit de plus en plus convoité, l'offre actuelle est inférieure à la demande et de grandes entreprises de l'agro-alimentaire (Carghill, Prova, Givaudan, Firmenich, Artmann, Symrise, ainsi que différentes sociétés chinoises et indiennes) se font une concurrence féroce et sont prêtes à acheter à des prix élevés. Certaines cherchent à capter les producteurs en mettant sur place des coopératives d'achat et en proposant des programmes d'aide au développement :(https://www.givaudan.com/file/31846/download?token=L12bGC2t).

Cette spéculation entraîne une flambée des prix (plus de 7 fois le cours d'avant 2015) qui se répercute déjà dans les magasins pour les consommateurs (entre 990 et 1700€ le kg chez Biocoop).

Notre stratégie

Nous avons décidé de ne pas acheter de vanille de mauvaise qualité, c’est pourquoi nous sommes en rupture de stock depuis quelques mois

Nous proposons à la place un caviar de vanille que nous avons développé et qui restitue l'intégralité des arômes de la gousse. Conservé dans de la glycérine alimentaire, il bénéficie d'une longue durée de conservation sans perdre ses qualités.

La prochaine expédition depuis Madagascar aura lieu en février 2017. Nous ne sommes pas sûrs de pouvoir ramener de la vanille suffisamment belle pour la vendre en gousses mais nous allons continuer à proposer les extraits. Par contre, nous serons contraints de répercuter l'envolée des prix d'achat sur nos prix de vente, ce en fonction de l’évolution du marché. Nous espérons que le marché se stabilisera à un prix raisonnable dans un avenir proche.

#actus

Recent posts
Archive
Search By Tags
Pas encore de mots-clés.
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square